Rencontre avec PETiTOM  « J’adore voyager, voir d’autres cultures, je trouve ça tellement inspirant. Mon rêve est d’amener mon côté musical plus loin… »

Rencontre avec PETiTOM « J’adore voyager, voir d’autres cultures, je trouve ça tellement inspirant. Mon rêve est d’amener mon côté musical plus loin… »

cxwear

Rencontre avec notre dernière trouvaille de la planète musicale, PETiTOM est un chanteur, danseur, acrobate canadien qui fait la tendance sur les réseaux avec ses titres musicaux et ses vidéos de danse. Le jeune chanteur vient de sortir son dernier titre, « I Forgot What Is Love », un titre de pop dynamique qui en dit beaucoup sur ses capacités vocales et lyricales. Interview fluide avec PETiTOM sur les ingrédients de ce succès.

 

Qui est PETiTOM ?

PETiTOM c’est le personnage qui me permet à travers mon art de trouver les mots justes illustrant ma vie personnelle et de me libérer. Ça me permet de pouvoir dire ce que je n’arrive pas à dire en tant que Tommy (prénom de l’artiste). Ressortir mon côté sérieux et aussi me permettre de vivre mes propres folies autant sur scène que quand je me retrouve à crier dans le studio. C’est comme une espèce d’alter ego qui qui me permet d’évacuer, en bref c’est l’histoire d’un jeune homme de 28 ans qui fait l’état des lieux de sa vie.

 

Avant d’être chanteur, tu es un très bon danseur et acrobate, notons d’ailleurs que tu as commencé avec ça. Quel est le déclic qui te lance réellement dans ta carrière musicale ?

Je dirai que les blessures lorsque j’ai été danseur m’ont amené vraiment à m’exprimer d’une autre façon : l’écriture et le chant. Dans un temps d’arrêt, j’ai ressenti réellement ce besoin d’exprimer autrement mon désir musical en explorant encore plus d’horizons, de ce fait je me suis orienté vers l’écriture et le chant. Quand j’étais jeune, je n’ai jamais réalisé que devenir chanteur pouvait être une possibilité pour moi. Je regardais mes idoles comme Chris Brown, James Brown ou d’autres et je me suis mis à danser parce qu’ils le faisaient aussi. J’aimais le sport et la danse le comblait, en plus la musique était mon premier amour. C’est alors qu’à l’âge de 16 ans, je participe à une émission de télévision au Québec qui s’appelle Mixmania et c’est là que ma passion pour le chant est née en 2011. Ensuite on m’a appelé en 2019 pour faire partie de The Voice Canada où j’ai fini classé en quart de finale. Je te dirais que cet épisode m’a confirmé que la musique était ce que je voulais faire de ma vie et surtout réaliser que je pouvais pratiquer mon rêve. A un moment les portes s’ouvrent mais après cette étape c’est toi qui les défonces, car la musique reste pour toi un choix de ta vie personnelle qui t’offrent des possibilités immenses.

 

Ton dernier titre « I Forgot What Is Love » est un concentré de pop et d’emo rap. Comment définis-tu ton univers musical ? Tu as modelé ton style musical en écoutant quel genre d’artistes ?

J’adore cette question. Je suis quelqu’un de très émotif, très sensible alors je te dirais que j’ai un univers où la sensibilité est le maître mot. J’adore mettre en contexte des moments marquants de ma vie et transporter les gens qui écoutent ma musique dans ces moments d’émotion que j’ai pu ressentir. Ce mélange est fait de pop, d’emo, je suis très influencé par Post Malone, l’ambiance de ses chansons, ses sonorités, l’émotion de sa voix, quand il écrit les textes sont délivrés avec une telle sensibilité qu’on ne peut rester insensible. J’écoute aussi beaucoup de The Weekend, sa musique a cette petite ambiance de danse que j’aime mettre dans mes chansons. J’écoute aussi Burna Boy, je suis fan de musiques afro, je trouve très réconfortant le timbre de sa voix, il n’a pas besoin de crier pour poser ses mots, c’est juste la belle manière avec laquelle il les dit qui fait leur force. J’aime vraiment ces trois artistes là, c’est une sorte de mélange de tout ce qui ce qui m’habite.

 

 

Malgré ton succès musical, tu es resté dans le monde de la danse, rappelons que tu as représenté le Canada aux Championnats du monde de Hip Hop à Las Vegas avec la troupe “P&T”. Comment vit un artiste qui pratique à

100 % la danse et la chanson ?

Il n’y a pas de temps d’arrêt en fait. La vie ne s’arrête pas, je n’ai pas de repos mais en même temps c’est bizarre parce que ces arts-là c’est du travail mais c’est mon repos en même temps. Je trouve que les deux sont complémentaires alors lorsque je n’ai pas envie de chanter mon corps a besoin de danser et quand je n’ai pas envie de danser mon corps a besoin de chanter, j’ai vraiment un équilibre avec les deux, c’est vraiment du 50-50. En plus en ce moment je suis vraiment attiré par l’exploration de musiques. Quand j’écoute de la musique c’est surtout pour découvrir l’écriture et l’histoire des artistes derrière ces titres. Le chant chez moi est né d’un cri du cœur tandis que la danse ça reste abstrait. Le champ de l’écriture c’est mettre des mots sur l’état de mes émotions. A un moment donné, il a fallu que je me tourne vraiment plus sur ce côté-là pour mettre du concret sur mes émotions. J’ai vraiment envie de développer de plus en plus ce côté musical parce qu’il y a tellement de réponses que j’ai besoin d’aller chercher sur le plan personnel dans ma découverte de ce monde. Toutefois la danse m’a amené à beaucoup voyager comme le championnat mondial des danses, j’ai fait l’Égypte, Dubaï, Londres. J’adore voyager, voir d’autres cultures et je trouve ça tellement inspirant. En ce moment mon rêve est d’amener mon côté musical plus loin. Je veux vraiment que ma musique voyage à travers le monde plus que la danse a pu me le permettre.

 

2021 est une année déterminante pour toi, tu deviens le visage de plusieurs marques comme Coca-Cola ou McDonald’s. Qu’est-ce qui attire les marques chez un profil comme le tien ?

Cette question il faudrait la poser aux marques [Rires]. Je pense que ça dépend des marques et de leurs concepts. Après je suis quelqu’un de très accessible, je ne me prends pas beaucoup la tête et je suis là pour inspirer les gens.  Je vis mes rêves, j’ai le sourire facile, par exemple McDonald je crois qu’ils sont venus me chercher pour mon petit côté coquin et drôle. Coca-Cola c’était pour reproduire un challenge en danse, ils connaissaient mes capacités en danse. Je pense vraiment que ça dépend des marques mais je suis personne très accessible et qui est très ouverte, je pense qu’elles sont attirées par cet état d’esprit.

 

« I Forgot What Is Love » ton dernier titre sortie en 2022 est un réel succès qui a séduit notre équipe. Comment s’est fait la rencontre avec Rymz ? C’est quoi l’histoire derrière ce titre ?

Je vais commencer par l’histoire derrière le titre. Ça part d’une déception amoureuse et de la façon dont je l’ai vécu. En amour tu peux tout gagner comme tu peux tout perdre. Je me suis retrouvé particulièrement dans cette situation où j’avais tout perdu. Quand tu donnes trop à l’autre et qu’elle part, tu perds ta confiance en toi et c’est ce qui m’est arrivé. J’avais perdu l’amour de moi-même, l’espoir de revivre l’amour en bref j’avais tout oublié de ce qu’étais l’amour de la vie. Ce qui est fun dans ce genre de chansons c’est que d’en parler et de les écrire ça nous aide à aller mieux, avancer dans la vie, je suppose que tout le monde vit un peu de ce genre d’épisodes. L’amour c’est un va-et-vient, ça part et ça revient.

Rymz est arrivé dans l’histoire, c’était le copain l’une de mes amies. On est devenu des amis et entre potes on aime se donner un support émotionnel, surtout quand on traverse des moments difficiles. Quand j’étais dans cette période là et que j’ai fait écouter le morceau à Rymz, il a tout de suite ressenti exactement ce que la chanson cherchait à raconter. Il n’a pas hésité, il a voulu mettre tout de suite aussi du sien. C’était très bien d’avoir une chanson avec deux gars qui partagent une si forte sensibilité en se montrant du support, c’est comme cela que la chanson est née. Rymz a apporté son truc dans le morceau et après l’histoire de ce titre était encore plus clair dans mon esprit.

 

Tu prépares actuellement ton premier album entre Montréal, Paris et Los Angeles. Quel message cherches-tu à apporter à ces auditeurs qui écouterons ce projet ?

Je trouve que devenir adulte est difficile et la vie ne nous donne pas beaucoup d’outils pour savoir comment avancer. Cet album porte vraiment sur les outils dont il faut s’équiper pour affronter cette vie d’adulte. Le projet aborde aussi mon attitude face aux différentes erreurs que j’ai pu faire et comment j’ai su prendre conscience de cela. J’aborde la relation avec l’argent, avec les parents, le sujet de l’alcool, comment devenir quelqu’un et croire en soi. Je parle également des cercles vicieux dans lesquels on peut tomber très souvent et j’espère que cet album apportera des éléments de réponse à certaines questions que d’autres se posent sans doute autant que moi-même je me les suis posés. C’est vraiment une espèce de point sur ma vie de jeune adulte et de comment bien s’équiper pour avancer.

Aussi les voyages jouent un rôle dans ma démarche, parce que si j’aime autant aller à Paris, à Bruxelles c’est parce que voyager à travers le monde me permet de me retrouver moi-même, c’est quand que tu te retrouves dans un pays étranger tout seul face à toi-même que tu fais face à tes propres valeurs et que tu te sens inspiré d’écrire sur différents thèmes. L’album porte sur toutes ces questions que je me pose et comment bien avancer. Un grand merci à Conscienxious.

 

 

 

 

 

 

 

 

cxwear

Jude Badombena

Un féru de la finance, qui passe ses temps libres à gratter des articles et explorer le fameux trésor caché du digital...

Related post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.