Rencontre avec Nizaam, « Le fait que je veuille devenir artiste était en quelque sorte inévitable…»

Rencontre avec Nizaam, « Le fait que je veuille devenir artiste était en quelque sorte inévitable…»

cxwear

Nous avons rencontré Nïzaam, notre pépite du mois de mars, une chanteuse, véritable couteau suisse qui se plaît à mêler une musique rnb moderne à des couplets rap. L’album de Nïzaam, « Fugitive : Itinérance » sorti en 2021 est une œuvre musicale d’une véritable authenticité sur laquelle la jeune chanteuse a été réellement polyvalente, de l’écriture jusqu’à la finition des titres. Interview fluide avec une artiste dans l’âme.  

Qui est Nïzaam ?

Je suis une artiste française âgée de 22 ans, originaire du Limousin. Férue d’arts, je me suis lancée dans la musique il y a environ deux ans et demi.

Qu’est ce qui a attiré dans cette industrie ? 

Je baigne dans un environnement artistique depuis mon plus jeune âge. Dans ma famille, il y a beaucoup d’artistes : des danseurs, des musiciens, des conteurs, des sculpteurs … Le fait que je veuille devenir artiste était en quelque sorte inévitable !

Tu as modelé ton style musical en écoutant quel genre d’artistes ?

Je m’intéresse à tous les styles de musique : je n’ai pas l’oreille fermée. Néanmoins, j’ai une préférence pour la musique afro-américaine : à savoir le hip-hop, le R&B, le rap, le gospel, la soul mais aussi la pop. Mes artistes
préférés sont Chris Brown et PARTYNEXTDOOR. Il m’arrive aussi d’écouter beaucoup de musique symphonique, je peux passer des heures entières à écouter des bandes originales de films ! Mon compositeur favori est Thomas Newman.

 Ton dernier titre « Sanctuaire Oublié » est un véritable bijou, des belles notes musicales jusqu’au visuel très abouti. Comment définis-tu ton univers musical ?

Je dirai que c’est un mélange de R&B, de hip-hop et de rap. En ce qui concerne la conception visuelle de mes projets, je me base majoritairement sur de la science-fiction et du fantastique, deux mondes fictifs qui me permettent de construire une véritable histoire autour mon univers musical.

Dans ton projet « Fugitive : Itinérance », tu décris un portail qui est un passage multi-dimensionnel, un monde parallèle, une échappatoire, un idéal où tout se passe à merveille pour toi. Tout le projet constitue un fil conducteur autour de ce monde parallèle. Décris-nous l’essence de ce concept dont tu as fait l’identité de ton projet. Qu’est-ce que cela représente dans ta vie réelle ?

Je ne suis pas quelqu’un de terre à terre, on m’a souvent rapproché d’avoir la tête dans les nuages. Il est vrai que j’ai souvent l’impression d’être en total désaccord avec la réalité. De ce fait, j’use de mon imagination pour m’enfuir dans des univers parallèles, la musique devient alors une vraie thébaïde. En créant le projet Fugitive, j’avais envie de
matérialiser cette perception du monde, d’extérioriser mes maux intérieurs et mes dissensions sentimentales.

Tu es une artiste qui travaille vraiment à 200% sur chacun de tes projets. Tu es auteure-compositeur, beatmakeuse, réalisatrice. Comment réussis-tu à peaufiner tes projets en restant performante dans chacun de tes domaines ?

Mes journées sont entièrement axées sur la création. J’éprouve de grosses difficultés à rester inactive : je ressens tout le temps le besoin de composer, d’écrire, de chanter, de mixer … Il y a toujours quelque chose à faire ! Certains pourraient considérer cela comme une routine : en réalité, je définis mon rythme de vie comme un apprentissage quotidien, un approfondissement régulier de chacune de mes passions.

Quel message global cherches-tu à passer à travers ton œuvre ?

Je ne sais pas s’il y a un véritable  » message  » dans mon œuvre : j’essaie juste de retransmettre ce qui me fait vibrer, me chagrine, me tourmente …C’est un partage d’émotions diverses, une introspection mise en musique. Mes morceaux soulèvent de nombreuses questions existentielles : je crois que je chante tout simplement la nature humaine.. .

Quelle est l’étape suivante dans ton voyage vers ce nouveau monde ? 

Je travaille actuellement sur le troisième et dernier EP de « Fugitive ». Il achèvera cette longue aventure musicale, et symbolisera en quelque sorte une  » Renaissance  » dans le cœur et l’esprit de l’héroïne du projet : l’objectif est que cette fin laisse entrevoir un tout nouveau début. Il comprendra plus de morceaux, et s’ouvrira sur de nouveaux horizons, aussi bien visuels qu’auditifs. Je ne sais pas encore quand est-ce que je vais le sortir, je prends mon temps, en ne me fiant qu’au pouvoir de mon imagination, qui ne cesse de me transmuer à travers le temps et l’espace.

 

 

cxwear

Jude Badombena

Un féru de la finance, qui passe ses temps libres à gratter des articles et explorer le fameux trésor caché du digital...

Related post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.