Rencontre avec Alex l’Humoriste, « J’ai quitté le Togo mais le Togo ne m’a jamais quitté »

 Rencontre avec Alex l’Humoriste, «  J’ai quitté le Togo mais le Togo ne m’a jamais quitté »
Digiqole ad

 

Auteur-compositeur, interprète, Alex l’Humoriste est un comédien, humoriste stand-up qui s’inspire de l’actualité, des tendances et des faits quotidiens mais surtout il se distingue dans son registre grâce à sa capacité à faire des one-man show en français comme en anglais ! Rencontre avec cet artiste-comédien hors du commun qui est prêt à s’imposer dans l’hexagone.

Credit photo : Jonathan Paventa

 

 

Cela fait déjà pratiquement 5 ans que tu as quitté ton pays le Togo et donc ton public de base pour t’installer en France. Comment as-tu vécu cet éloignement géographique que ce soit sur le plan personnel que sur le plan de ta carrière ? As-tu évolué dans ton registre ? Comment peut-on définir aujourd’hui Alex l’humoriste et les messages que tu portes dans tes scènes ?

AH : Cela fait plus de 4 ans mais pas 5 ans que j’ai quitté le Togo mon pays d’origine. J’ai quitté le Togo mais le Togo ne m’a pas quitté parce que j’ai toujours porté mon pays dans mon cœur. C’était difficile comme choix mais c’était nécessaire pour me former au niveau des études. J’ai quitté beaucoup d’amis et de famille mais en fait j’ai eu beaucoup de chance parce que j’avais déjà une base familiale en France, j’avais des parents qui vivaient en France, donc je me suis retrouvé dans un moule qui m’a aidé à m’adapter. C’était bien sûr difficile l’adaptation au système de vie parce que ce n’était pas du tout le même univers que chez moi mais je me suis adapté et je m’en suis sorti, et j’ai beaucoup appris non seulement sur le plan des études mais aussi artistique, beaucoup de professionnalisme, de conseils et de travail, découverte des vertus et des valeurs que je ne connaissais pas et que j’ai découvert ici en Europe. Je compte appliquer ces nouvelles choses à ma carrière, c’est un peu comme si je reprenais tout depuis le début, c’est difficile, mais c’est mieux parce cela pose de nouveaux fondements à ma carrière.

 

Tu es jeune, tu es bourré de talents et nous sommes en train de te découvrir. Quels sont les thèmes de prédilection que tu abordes dans tes scènes et blagues ? Comment as-tu pu gérer la transition en arrivant en France ou tu dois t’adresser à une cible différente avec une culture différente ?

AH : Les thèmes de prédilection c’est comme chez toute personne qui veut toucher le maximum de monde possible. Ceux qui m’observaient au Togo pouvaient comprendre que je touchais tous les horizons, la vie de tous les jours, la crise économique, la pauvreté, les relation homme-femmes, les études, ma personnalité, mon enfance où je mettais beaucoup d’auto-dérision. Pour la transition ce n’étais pas du tout évident parce que nous avons beaucoup à apprendre chez nous en Afrique, nous avons notre univers, notre façon de faire, notre public nous demande quelque chose d’un peu différent même si aujourd’hui le public a vraiment plus évolué et demande un niveau plus élevé d’humour, nous avons encore beaucoup de travail à faire. Je pense que c’est à nous les humoristes de monter le niveau pour rehausser l’image de notre humour, comme je le dis toujours mon objectif est de donner une identité au stand-up du Togo. Quand on écoute certains artistes humoristes, sans avoir à deviner on sait automatiquement de quelle zone ils viennent, alors mon objectif est de faire en sorte qu’on puisse mettre directement une image sur l’origine d’un humoriste dès qu’on l’écoute, par exemple si on écoute un comédien on peut se dire directement c’est ce togolais là qui a fait ça. La transition en France n’a donc pas été facile c’est pour cela a pris beaucoup de temps, les gens se demandaient si j’ai raccroché, si je ne fais plus rien, mais j’observais, j’apprenais, j’écoutais plus que je ne parlais pour mieux revenir et je pense que c’est le moment maintenant.

credit photo : starcreationstudio

De 2015 à 2018, on t’a moins entendu, mais rassures nous, tu n’avais pas raccroché ? En termes de spectacles ou d’opportunités, qu’est-ce la ville de Paris t’a apporté jusque-là ?

AH : Comme je le disais, je n’ai pas raccroché, j’observais et j’analysais pour proposer du bon à mon public, il y a beaucoup de travail que j’ai fait sur moi-même au niveau de l’image, du professionnalisme, j’ai vu beaucoup de travail et de tare à corriger à mon niveau en me comparant à des gens plus aguerris pour ne pas proposer de l’à peu près à mon public ou du moyen mais du bon et du très bon, alors donc je n’ai pas arrêté mais j’ai pris le temps d’étudier. Alors la ville de Paris a beaucoup d’avantages dans le cadre de l’humour, à Paris il y a beaucoup de scènes ouvertes où tu peux roder tes sketchs et les travailler. Je parle entretemps de l’équipe du Celebrity Centre Paris que j’ai rejoint, bientôt on sera encore sur beaucoup d’autres scènes pour vendre notre humour, l’humour du Togo au public français. Il y a donc beaucoup d’opportunités parce que tous les jours il y a des scènes qui sont ouvertes, des plateformes qui sont disponibles pour les humoristes, des sollicitations de la diaspora africaine pour les spectacles et j’ai commencé par en tirer avantage depuis quelque temps.

Quelle place garde tes origines dans ton message et dans ta carrière ?  Aujourd’hui si tu devais choisir entre rentrer dans ton pays ou développer davantage ta carrière en France, que choisirais-tu ?

AH : Mes origines sont toujours présentes et font toujours partie de mon identité. Mais en arrivant face à un nouveau public comme celui de la France, je pense qu’il faut d’abord que je me présente moi-même et après je pourrai raconter l’histoire de mon pays, de mes origines. S’il faut rester ou rentrer ? [Rires]. Je dirai un peu des deux parce c’est ce qu’il faut, prendre de l’expertise étrangère pour améliorer chez soi, mais il faut aussi que ce que nous savons faire au pays soit connu à l’étranger. Artistiquement nous sommes des ambassadeurs donc je dirai un peu des deux, parce que je me vois bien rentrer au pays pour travailler mais tout en ne négligeant pas l’extérieur et représenter son pays à l’extérieur.

 

Quels futurs projets pour Alex L’humoriste en 2020 et après ?

AH : les projets d’Alex l’humoriste pour 2020, ils sont nombreux, pour ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux ils doivent se douter de ce qui se prépare pour cette année, je demande juste à ceux qui me suivent de rester câblés, on ne va pas tout dire. Il y a des collaborations en vue avec d’autres humoristes ici à Paris et aussi je prépare davantage de surprises pour mon public togolais cette année. Pour 2020, et après je résumerais en disant qu’Alex fera tout ce qu’il faut pour participer avec ses collègues humoristes pour donner une réelle identité à l’humour togolais et essayer de le vendre à l’international.

 credit photo : starcreationstudio

Propos recueillis par Jude B.

Digiqole ad

Jude Badombena

Un féru de la finance, qui passe ses temps libres à gratter des articles et explorer le fameux trésor caché du digital...

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *